Contexte et justification

Pourquoi l’agroforesterie en Afrique ?

L’extrême pauvreté des populations d’Afrique en général et sahélienne en particulier, est surtout due à la déforestation qui provoque l’appauvrissement des sols. Les conséquences sont, notamment, la malnutrition, des difficultés pour les femmes à se procurer du bois de chauffe et l’exode rural des jeunes.

La renaissance de ces terroirs villageois boisés d’arbres fertilitaires permet de faire remonter les nappes phréatiques et de déclencher un processus vertueux : l’eau permet les cultures toute l’année ; la production, sur place, des légumes, fruits et céréales de base, assure une alimentation diversifiée, saine et autosuffisante.

Les arbres fertilitaires apportent aussi du bois de chauffe et d’œuvre. Ils évitent l’érosion des sols et permettent à terme de réguler le climat en Afrique, mais également chez nous, parce que tout est lié.

Selon Pierre Rabhi, grâce à l’agroforesterie, l’Afrique pourra un jour nourrir le monde

À lire : Parole de terre. Une initiation africaine

Pierre Rabhi, Espaces libres, Albin Michel, août 2005.

Reboiser pour lutter contre le réchauffement climatique

Des centaines de milliers d’hectares de forêts sont ravagés par chaque année par la surexploitation. L’extinction des espèces animales et végétales est massive.
Les techniques agroécologiques de l’APAF recréent un environnement forestier et permettent la régénération naturelle des forêts en fixant beaucoup de carbone.
Les terres désertiques du Sahel redeviennent cultivables. La biodiversité est favorisée. Les zones boisées créent des “puits de carbone” luttant ainsi contre l’effet de serre avec un potentiel énorme de fixation de carbone dans les arbres et les sols.

Permettre aux paysans africains de vivre sur leurs terres

Le changement climatique et la pression démographique aggravent la situation des populations africaines. Elles sont amenées à fuir la pauvreté sur des terres devenues dramatiquement infertiles. Il est plus que jamais urgent de soutenir et promouvoir l’agriculture vivrière pour assurer la sécurité et la souveraineté alimentaires et permettre à ces populations de vivre dans leur pays. L’agriculture familiale qui produit 70% de la production alimentaire mondiale tout en rendant des services écologiques de première importance à notre planète, est de loin le premier employeur en Afrique. La mise en œuvre des techniques agroforestières de l’APAF et les bénéfices qu’elles apportent peuvent stopper l’exode rural, exode qui alimente les flux migratoires vers l’Europe, entre autres.

L’agroforesterie, une solution pour une agriculture durable

L’agroforesterie est un système dynamique de gestion des ressources naturelles reposant sur des fondements écologiques, qui intègre des arbres dans les exploitations agricoles et le paysage rural, et permet ainsi de diversifier et de maintenir la production afin d’améliorer les conditions sociales, économiques et environnementales de l’ensemble des utilisateurs de la terre.

World Agroforestry Centre

Rapidement et non exhaustivement, l’agroforesterie a les qualités suivantes :

  • elle fertilise les sols, les enrichit en matière organique et les structure
  • elle enrichit la biodiversité des zones cultivées et stabilise donc les milieux
  • elle tempère le microclimat du sol et aide à l’adaptation au changement climatique; l’évapotranspiration des cultures est diminuée.
  • elle améliore la porosité des sols et leurs capacités de stockage de l’eau et d’éléments nutritifs
  • elle diversifie les sources de revenus par la production de bois de chauffe et d’œuvre, et de fourrage
  • elle augmente les revenus par économie d’achat d’engrais et de traitement

Simultanément, l’agroforesterie contribue à lutter contre l’érosion, la déforestation, la désertification, et à stocker du carbone dans le bois des arbres et dans les sols enrichis, par suite, en matières organiques; et ainsi, à réduire le volume de « gaz carbonique », un gaz à effet de serre responsable des changements climatiques.

Enfin, selon le GIEC ( groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat), plus d’un milliard d’hectares sont disponibles pour une conversion dans des systèmes agroforestiers à haute productivité qui ont la capacité de réduire la pauvreté et la déforestation de manière significative, et de séquestrer du carbone à grande échelle.