Découvrir l’APAF

L’APAF est une organisation qui vulgarise en Afrique depuis 1992 via un réseau européen-africain, un système de culture agro-écologique et agroforestier qui recrée la vie dans les sols et la biodiversité, grâce à des Arbres Fertilitaires (fertilisants).
Les techniques d’agroforesterie utilisées associent ces arbres fertilitaires inoculés avec une double symbiose, à toutes formes d’agricultures vivrières (maïs, sorgho, igname,..) et de rente (cacao, café,..). Ces arbres fertilitaires enrichissent, structurent et restaurent les sols.

Ces techniques promues par l’APAF permettent aux paysannes et paysans de :

– cultiver durablement les mêmes parcelles de terre année après année, de génération en génération
– accroitre leurs revenus et en diversifier les sources
– préserver et de recréer la biodiversité
– préserver et de reconstituer des écosystèmes forestiers
– soulager grandement le travail des femmes et d’accroitre leur autonomie

Ces techniques prennent en compte les pratiques des paysans, leurs réalités, et leur rationalité. Cela permet de les reproduire rapidement et à grande échelle par la méthodologie de diffusion « dite » de paysan à paysan.

L’apprentissage se passe dans leurs champs, directement sur le terrain, et est dispensé par des conseillers techniques africains issus eux-mêmes du monde paysan.
Ces champs agroforestiers sont écologiquement durables. Les productions diversifiées et intensifiées sécurisent la vie des villageois et donnent aux familles les moyens de rester aux villages.
… Evitant l’exode rural et l’émigration massive de réfugiés climatiques et économiques …

Halte à la déforestation, sauvons les forêts tropicales ! Avec les techniques APAF les villageois abandonnent la culture itinérante sur brûlis, une cause principale de désertification. Ils épargnent en effet les forêts naturelles en subvenant dans leurs champs agroforestiers à leurs besoins en bois de chauffe, bois d’œuvre, fourrages.

Les succès de l’APAF:

  • la plantation et la régénération de plus de dix millions d’arbres et la formation de dizaines de milliers de paysans (nes) à ses techniques au Togo, Burkina faso, Sénégal, Côte d’Ivoire, Cameroun, Congo RDC,
  • une méthodologie spécifique d’enseignement et de diffusion,
  • la reconnaissance de Mrs Pierre Rabhi, Pierre Gevaert, Willy Delvingt, René Billaz, Paul Kleene, Olivier De Schutter, Bashir Jama, l’UE, la coopération technique belge, … et bien d’autres…

Les arbres fertilitaires sont un moyen d’adaptation au changement climatique local. Ils permettent de lutter globalement contre les excès de ce changement climatique en fixant de très grandes quantités de carbone dans les champs agroforestiers.

Un champ agroforestier APAF peut fixer 40 tonnes de carbone par hectare en 10 ans. Imaginez l’impact de millions d’hectares …!!